Se canto

L’hymne immémorial occitan, dont la musique se perd dans l’océan des âges ; elle était déjà connue dès le haut moyen-âge (6e – 10e siècle), et l'air nous vient certainement de  l’époque romaine ; les paroles, en languedocien sont attribuées à Gaston Phoebus (1331-1391), Comte de Foix, qui entretenait une cour fastueuse en son château d’Orthez.

Cet homme volage avait épousé une noble princesse espagnole, qui lasse de ses infidélités, était retournée vivre dans son pays, de l’autre côté des Pyrénées ; Gaston Phoebus lui adressa ces paroles pour la persuader de revenir vivre avec lui.

Les paroles diffèrent selon les dialectes occitans utilisés (gascon, languedocien, provençal, vivaro-alpin, limousin ou auvergnat), les interprétations sont innombrables et variées, mais ce chant d'amour garde toujours sa magie et fédère autour de lui les héritiers des régions méridionales de langue d'oc et de la civilisation occitane.

1. Dejós ma finèstra
I a un aucelon.
Tota la nuèit canta
Canta sa cançon.


Refrain :
Se canta, que cante,
Canta pas per ieu.
Canta per ma mia
Qu'es al luènh de ieu.


2. Aquelas montanhas
Que tan nautas son,
M'empachan de véser
Mas amors ont son.
Refrain


3. Aquelas montanhas
Lèu s'abaissaràn,
E mas amoretas
Apareisseràn.
Refrain


4. Baissatz-vos montanhas,
Planas levatz-vos,
Per que pòsque véser
Mas amors ont son.
Refrain

Imprimer E-mail