Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site.

Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies

J'ai compris

La légende de Brennus

bouclier64Au temps des pionniers à la fin du XIXe siècle, la naissance d'un trophée légendaire, portant le nom illustre d'un chef gaulois belliqueux et guerrier,  mais prosaïquement conçu et réalisé avant la première finale du championnat de France en 1892 par deux personnages illustres, dont l'un, visionnaire, a posé les principes du sport  moderne.et refondé l'épreuve universelle la plus populaire, les Jeux Olympiques..
Lire la suite ... 

Monument de l'Herakles

archer52A Toulouse, la statue de Bourdelle rappelle le sacrifice de milliers de sportifs de Midi-Pyrénées pendant la Grande Guerre, notamment celui d'Alfred Mayssonnié, premier international du Stade Toulousain avec qui il avait gagné en 1912 le premier Bouclier de Brennus du club, abattu sur les champs de bataille de la Marne en 1914.
La suite

ND du Rugby

chapelle52Dans les Landes, en pays gascon, la Chapelle Notre-Dame du Rugby, oeuvre de l'abbé-chapelain Michel DEVERT, est le lieu symbolique de pélerinage et de recueillement du rugby français qui reçoit plus de 12000 visiteurs par an.

Lire la suite

ND d'Ovalie

RocamadourPlus que millénaire, la prestigieuse cité mariale de Rocamadour, halte incontournable sur les Chemin de St Jacques de Compostelle classée au Patrimoine mondial de l'Unesco, héberge le long de son escalier monumental (qu'au moyen-âge les pélerins montaient à genoux), huit chapelles prestigieuses, dont la fameuse Chapelle Saint-Louis qui depuis 2011 est consacrée à Notre-Dame d'Ovalie ...

 Lire la suite ...

Presse spécialisée

Beheregaray : "Il faut quoi pour une sanction adéquate ? Finir en chaise roulante ? Mourir ?"

"TOP 14 - Le joueur de Clermont Yohan Beheregaray, sérieusement blessé par un plaquage à l\u0027épaule de Iosefa Tekori, a vivement critiqué jeudi soir la clémence de la commission de discipline de la Ligue nationale de rugby (LNR), qui n\u0027a...


Best annonce sa retraite, Tekori innocenté, Yoshiro Mori démissionne... Les 5 infos de ce jeudi

"Jérémy Sinzelle et Florian Fresia suspendus, Tekori attendu devant la commission de discipline en fin de semaine... Retrouvez les 5 infos du jeudi 18 avril qu\u0027il ne fallait manquer."


Impossible est-il Toulousain ?

"CHAMPIONS CUP - Le Stade toulousain affronte, ce dimanche, à 16h15, le Leinster, sur sa pelouse de l’Aviva Stadium. Face au tenant du titre, favori à sa succession, la troupe d’Ugo Mola se sait contrainte à l’exploit. Pour y parvenir, il faudra...


Rugby - Top 14 - Top 14 : Perpignan va investir 25 millions d'euros dans son stade

Lanterne rouge du Top 14 et très proche de la relégation en Pro D2,...


Rugby - Transfert - George Tilsley (Bordeaux-Bègles) signe à Perpignan

George Tilsley, l'ailier néo-zélandais de Bordeaux-Bègles, évoluera...


Rugby - Top 14 - Non-sanction de Tekori : le coup de gueule de Beheregaray

Blessé après le plaquage sévère que lui a administré Joe Tekori...


TRANSFERTS : le dossier Pollard avance, Pau veut Garbajosa, la retraite pour Wynand Olivier

Découvrez toutes les infos transferts du Top 14, de la Pro D2 et de la scène internationale qu'il ne fallait pas manquer.


Champions Cup - On a revu Leinster vs Toulouse, voilà ce qu'il faut retenir

Dimanche, Toulouse défie le Leinster en demi-finale de la Champions Cup. En janvier dernier, ce sont les Irlandais qui l'avaient emporté à Dublin.


WTF - Bernard Laporte reçoit la visite de son lui du futur pour le mettre en garde

Dans son bureau, à scruter les entraîneurs disponibles en 2020, Bernard Laporte a reçu la visite de son double du futur. Reportage.


Coupe du monde 2019 : programme

Rugby World Cup 350

 

Programme de la Coupe du Monde 2019

 

ND d'Ovalie

L'encyclopédie Wikipedia nous la présente ainsi :
"le sanctuaire de Rocamadour est une cité mariale construite au flanc de la falaise du canyon de l'Alzou, sur la commune de Rocamadour dans le Lot, en France. Construite en plusieurs étapes à partir du xie siècle, la plupart de ses édifices religieux datant du xiie siècle, cette cité englobe l'escalier d'accès et un parvis autour duquel se trouvent une basilique, une crypte et sept chapelles dont l'une accueille une Vierge noire du xiie siècle. Elle bénéficie de nombreuses protections : elle est inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco et est constituée de plusieurs monument historique plusieurs fois classés et inscrits1.
En 2013, le sanctuaire a célébré son millénaire au cours d'une grande année jubilaire.
La Voie Sainte et l'escalier : Depuis le hameau de l'Hospitalet part le chemin, appelé « Voie sainte », qu'empruntent les pèlerins pour arriver au sanctuaire : il descend dans la vallée de l'Alzou jusqu'à la ville basse, où se trouve le pied de l'escalier de deux cent seize marches qui mène au sanctuaire. Au Moyen Âge, les pèlerins le gravissaient à genoux. La dernière volée de marches passe sous un porche formé par les bâtiments du sanctuaire, et que l'on appelle la « Porte sainte », pour déboucher sur le parvis.
Le parvis : Dallé de pierre blanche, le parvis occupe le centre du sanctuaire, les chapelles étant disposées sur le pourtour de l'espace aménagé par le remblai des moines au xiie siècle. Il est construit sur deux niveaux : le premier est celui où arrive l'escalier par la porte sainte, et d'où part le tunnel, dit « Porte Saint-Martial », qui permet de sortir en passant sous la basilique. Le second niveau est celui, un peu au-dessus, qui donne accès à la basilique, à la chapelle Notre-Dame et à la chapelle Saint-Michel. Il est constitué de deux plates-formes desservant l'une la basilique, l'autre les deux chapelles, reliées entre elles par un balcon et au niveau inférieur du parvis par un escalier."

Les chapelles : elles sont au nombre de huit, et s'étagent au long de la Voie Sainte et l'escalier ; elles ont pour nom :

La crypte Saint-Amadour
La chapelle Saint-Jean-Baptiste
La chapelle Saint-Blaise
La chapelle Sainte-Anne
La basilique Saint-Sauveur
La chapelle Notre-Dame
La chapelle Saint-Michel
La chapelle Saint-Louis, située sous la Chapelle Saint-Michel, dédiée à NOTRE-DAME d'OVALIE, jumelée avec NOTRE-DAME DU RUGBY de LARRIVIERE SAINT SAVIN

Historiquement, cette Chapelle était consacrée au roi Saint-Louis, passé en ce lieu de pélerinage avec toute sa famille en 1224.
Mais au XIXe siècle, suite à des travaux de rénovation, cette Chapelle est supprimée pour laisser place à un passage qui paraissait indispensable.
C'est suite à un match sur la commune de LARRIVIERE-saint-SAVIN, où se trouve la Chapelle consacrée à NOTRE-DAME-du-RUGBY, que le site de ROCAMADOUR décida de créer une Chapelle consacrée aux joueurs de rugby blessés ou disparus lors de rencontres ou après-match : Le père Ronan de Gouvello, recteur du sanctuaire entre 2005 et 2016 a souhaité recréer un lieu à la mémoire de saint Louis et choisi un local inutilisé à côté de l’emplacement de l’ancienne chapelle éponyme, au cœur du sanctuaire.

Le but est de permettre aux joueurs de rugby actifs, ou retraités de venir se recueillir dans un endroit qui leur est dédié. A l’intérieur de la chapelle, on peut y trouver un autel de plus de 600 kg offert par un tailleur de pierre, mais aussi de nombreux maillots exposés dans les vitrines tels que le maillot officiel du C.A Brive Corrèze, le maillot des équipes nationales de Hollande et du Canada (offert par M. Didier Cambérabéro), ainsi que les maillots de St Gaudens, de Fronton, de Philippe Cubaynes (président de R.E.S), du Diok Rugby (équipe Hollandaise)… et bien d’autres encore.

C'est le dimanche 16 octobre 2011, en présence de l’évêque de Cahors (Monseigneur Turini), du recteur de Rocamadour (Ronan de Gouvello), du curé de Larrivière St Savin (l’abbé Lavigne), ainsi que des maires des communes respectives, des paroissiens de la commune landaise, de Philippe Cubaynes (président de l’association Rugby Espoir Solidarité) et des joueurs de rugby de Rocamadour avec à leur tête le président Philippe Arteil, que le sanctuaire de Rocamadour a connu la consécration d’une 8° chapelle : Notre Dame de l’Ovalie.


 

LES SANCTUAIRES de ROCAMADOUR

Imprimer E-mail

Notre Dame du Rugby

L'abbé DEVERT  (1923-2012) a quitté ce monde le 22 Janvier 2012 à l'âge de 88 ans ; il repose désormais sous le parvis de la Chapelle Notre-Dame du Rugby, dont il fut le fondateur, la cheville ouvrière  et l'âme durant les 47 dernières années d'une vie humble, mais riche et pleine consacrée au service d'autrui.


abbe chapelainL'abbé-chapelain Michel DEVERT sur le parvis de la Chapelle où il repose désormais

 

SA VIE, SON OEUVRE :

 
"Quelques reférences d'une vie démente et merveilleuse"

rueInauguration à CAPBRETON 40 le 28.11.2010 de la rue Michel DEVERT en présence de l'intéressé, de ses anciens élèves et de la municipalité
C'est par ces mots qu'en 2006 il transmettait, en s'excusant presque,  des éléments de son imposant curriculum-vitae à une amie, membre comme lui de la "Confrérie de la Côte d'Argent" qui lui en avait fait la demande.
Car ses activités furent si nombreuses et multiples qu'il est impossible d'en dresser un inventaire exhaustif !

  • Il naquit à MEZOS dans les LANDES le 23/08/1923 où il fut scolarisé jusqu'en 1935, avant de poursuivre ses études secondaires à AIRE-sur-ADOUR où il obtint son baccalauréat en 1943,Il effectua ses études théologiques au Petit Séminaire d'AIRE, puis au Grand séminaire de POYANNE (diocèse d'AIRE - DAX)
  • Il fut d'abord, de 1948 à 1956, Vicaire Institueur à CAPBRETON où il dirigea en tant que Directeur l'Ecole Saint Joseph, au sein de laquelle il enseignait également ; le souvenir qu'il a laissé à CAPBRETON est tellement prégant que le Conseil Municipal a voulu l'honorer en donnant son nom à une rue de la ville, dont la plaque fut inaugurée le 28/11/2010.
  • De 1956 à 1964, il est Curé de LARRIVIERE BORDERES, tout en s'occupant des classes primaires, en assurant le transport scolaire, en dispensant des cours de rattrapage à des enfants de la DDASS, ainsi que des cours d'anglais au séminaire d'Aire, de 1960 à 1964. C'est alors qu'il découvre la Chapelle Saint Savin, dont il étudie l'histoire, et qu'il prend la décision de restaurer pour la dédier au monde du rugby.
  • De 1964 à 1988, il est Curé de HERRE-ESTIGARDE, tout en continuant son activité de Professeur de mathématiques et autres matières au Collège St Jean Bosco de Gabarret, où il prend sa retraite d'enseignant.
  • A partir de 1988, il est Sous-Archiviste de l'Evêché, et prêtre coopérateur de MEZOS-UZA-ST JUNIEN ; il est l'auteur de nombreuses communications et ouvrages  savants sur le Gabardan,  qu'il doit  abandonner pour se consacrer, à la demande de son Evêque, à l'écriture de  l'histoire de la Révolution Française dans les Landes.

L'abbé Michel DEVERT a toujours cherché à s'améliorer et se perfectionner  pour mieux servir autruii. Il reprit ainsi ses études dès 1956, en sus de ses innombrables activités, et consacra le peu de temps dont il disposait à des études supérieures de lettres modernes, couronnées en 1979 par un Doctorat de Littérature Française avec sa thèse de 3ème cycle consacrée à Jean de Monluc, ouvrage pour lequel il fut également distingué par l'Académie des Jeux Floraux de Toulouse. Jamais à court de projet, il ambitionnait d'écrire encore quelques romans lorsque sa retraite serait complète, mais le temps n'en est jamais venu.

Outre ces activités, il s'honore sur un plan personnel d'avoir élevé avec sa mère, entre 1951 et 1971, une quinzaine d'enfants, dont trois confiés par la DDASS qu'il adopta.

carte postaleCarte postale réalisée à partir d'un dessin de Yves Ducourtioux

 >

NOTRE-DAME du RUGBY, EDIFICE RELIGIEUX DE RECUEILLEMENT DEDIE AU CULTE DU RUGBY ET AU SOUVENIR DE SES DISPARUS

 
 "Je sais une église blottie sur la colline, elle se mourait !"


C'est le premier vers d'un poème, écrit en 1967, dédié à celle dont il disait à la fin de sa vie :" Cette chapelle est comme l'un de mes enfants "  (in Dépêche du Midi).

Passionné, il est souvent revenu sur les circonstances de sa création : muté en 1956, de son poste de Directeur de l'Ecole Saint-Joseph de Capbreton pour celui de curé de LARRIVIERE,  il confie avec beaucoup d'humour : " Je me suis retrouvé à la cambrousse, il fallait que je m'occupe !"

Et cette occupation, il la trouve sur une colline boisée dominant le village de Larriviere et la rivière Adour ; il s'agit d'un vieil édifice religieux dont la mémoire se perd dans l'océan des âges  ! A l'origine, un oratoire romain qui sera remplacé par l'ancienne église paroissiale de Larrivière dont l'actuelle chapelle était la sacristie. L'église est détruite en 1860, sa sacristie devient chapelle.
Mais elle est à l'abandon, dans un état lamentable ; des témoins de l'époque rapportent qu'il ne restait alors "qu'une façade en partie debout !".
Historien passionné et spécialiste de son département, il décide de redonner vie au site. La question est d'en déterminer la forme.
Trois éléments alimentent sa réflexion et guident sa conviction :

  • d'abord sa proximité avec l'abbé Joseph MASSIE, créateur en 1958 de l'Eglise Notre-Dame des Cyclistes à LABASTIDE d'ARMAGNAC:, sanctuaire national du cyclisme et du cyclotourisme, devant laquelle passèrent à quatre reprises des étapes du Tour de France, et où une étape prit son départ ;
  • ensuite, la découverte de la photographie du vitrail d'une chapelle anglaise représentant un joueur de football, en hommage rendu à sept joueurs du club de Manchester décédés dans un accident d'avion
  • enfin, élément déterminant, le décès accidentel de trois jeunes joueurs de l'US DACQUOISE lors de leur retour en voiture le 10.09.1964 d'un match à BEGLES, "presque des enfants" dira l'abbé DEVERS qui les connaissait bien. Ils ont nom Jean OTHATS, Emile CARRERE et Raymond ALBALADEJO.
Cet accident tragique le détermine à restaurer la Chapelle pour perpétuer leur souvenir et la dédier plus largement au monde du rugby qui le passionne.. "Le monde du rugby aura sa Chapelle bien à lui, pour veiller sur ses rudes gars, les protéger du mal, les aider dans leurs difficultés ; avoir la garantie de la protection divine, savoir ou demander la lumière quand l'épreuve surgit, n'être plus seul dans la lutte quotidienne, se retrouver sous le regard de Notre-Dame, n'est-ce pas une sécurité et l'une des joies de la terre ? Ce supplément d'âme qu'apporte la vie religieuse, je voudrais l'offrir en toute liberté au monde du Rugby !" écrit-il alors.

Avec le courage et lla détermination qui le caractérisent, il requiert dès lors  la caution de tous ceux qui peuvent l'aider. Il reçoit les remerciements et la bénédiction du Pape Jean XXIII auquel il avait fait part de son projet, l'accord du Secrétariat d'Etat à la jeunesse et aux sports en octobre 1964, et celui de la Fédération Française de Rugby en décembre 1964. Pour financer les travaux, il y va de ses propres deniers, mais aussi reçoit l'aide des clubs locaux pour l'iorganisation de matches de prestique et l'appui déterminant de l'AMICALE DE NOTRE DAME DU RUGBY, constituée d'anciens joueurs internationaux prestigieux et de passionnés anonymes, jamais avares de leur temps ni de leur peine.

La Chapelle a été consacrée et inaugurée par l'Evêque de Dax le 26 Juillet 1967 ; à cette occasion, l'abbé DEVERT rédigea la prière suivante, devenue celle de ND du Rugby.
prierePrière de NOTRE DAME du RUGBY

Mais les travaux étaient loin d'être achevés, et  s'étaleront, en fonction des moyens et des possibilités, sur plusieurs décennies encore ; le Musée du Rugby attenant à la Chapelle a été inauguré lors de la Pentecôte 2010, la maîtrise d'oeuvre en revenant désormais à l'Amicale de Notre-Dame du Rugby, qui poursuit l'oeuvre de l'abbé DEVERT.

La réfection de la toiture a été réalisée en 1964, celle de l'intérieur en 1966 ; la construction du clocher date de 1971, alors que les carillons ont été installés en 1974. L'intérieur de l'édifice a été rénové par Joseph Bernadet ; les pavés viennent des rues de Grenade-sur--Adour et de Mont-de-Marsan. La pierre d'autel a été offerte par les abbés BARRERE, de Grenade-sur-Adour, alors que le marbre de l'autel est celui de l'ancienne chapelle Saint-Savin. Le chemin menant à la Chapelle a été réalisé et goudronné avec le concours du Conseil Général des Landes, et celui des joueurs de rugby de toute la France.



La salle d'exposition, le "Musée du Rugby" peut-on dire, est situé derrière la Chapelle, a été conçu par le cabinet d'architectes Catherine et Jean-FrançoisBATS, et réalisé par le Groupe Bernadet avec le concours financier du Conseil Général des Landes, de la Communauté de communes du pays grenadois, de l'Amicale Notre-Dame du rugby, du Crédit Agricole et de la commune de LARRIVIERE.
Il est conçu pour présenter les nombreux maillots (400 sur les 500 que compte la collection de la Chapelle), photos, ballons, chaussures et fanions qui ont été offerts par de généreux donateurs, notamment celui d'un amateur passionné,  Mr Morgan BIGNET, dont la collection exceptionnelle de 200 maillots (somme des maillots de tous les pays, des cadets aux seniors, des équipes nationales jusqu'aux formations les plus anonymes) a enrichi le fond de la Chapelle.
Ce musée abrite quelques 400 maillots, permet de libérer quelque peu les murs de la chapelle pour n'y laisser, protégés dans des vitrines, que les maillots et souvenirs déposés en hommage aux disparus ou offerts par un père ou une mère qui a perdu son enfant.

LA VISITE


Ce site, maintenant célèbre et reconnu, reçoit 12000 visiteurs par an.
La Chapelle est de dimension modeste, est d'un abord extérieur sobre ;  dans une niche protégée du bas du clocher, une statue réalisée par l'ancien capitaine du Stade Montois, Pierre Lisse, représente  Notre-Dame du Rugby : l'enfant Jésus, debout à ses pieds, offre à sa Mère un ballon de rugby ; l'intérieur est beaucoup plus coloré, éclairé par quatre vitraux originaux à la gloire de la Vierge et du rugby.:
  • le premier, "La Vierge à la touche" est dessiné par Pierre Lisse et représente la mère de Jésus tenant son enfant dans son bras gauche et un ballon de rugby dans sa main droite ;
  • deux autres sont l'oeuvre de Alfred Henquinbrant, de MONCLAR d'AGENAIS, et ont pour thème "La Vierge aux Pélerins" et "La Vierge au-dessus de la mêlée" ;  dans celui-ci, Jésus tend un ballon de rugby à sa mère pendant qu'une mêlée se dispute à leurs pieds
  • le dernier, "Le joueur blessé" a été réalisé d'après une maquette provenant des ateliers de l'armée
Derrière l'autel, dans une niche, une Vierge à l'enfant, dorée ; tout autour, sur les murs, dans des vitrines, sont exposés une multitude de maillots de rugby, la plupart venant de clubs de rugby français, d'autres de pays plus lointains. Certains offerts par des joueurs internationaux  qui les ont porté lors de grands matchs sont dédicacés d'une note manuscrite. Enfin, derrière l'autel, on trouve un reliquaire contenant des maillots avec photos de jeunes rugbymen de la région, morts sur le terrain ou tués sur la route.
 

 

 

CANTIQUE POUR NOTRE-DAME DU RUGBY 

 

Le chanteur basque  David OAIZOLA et son groupe ont consacré un cantique à cette chapelle ; ce morceau figure dans leurs CD "Le Stade qui danse" (2009/, en vente chez tous les disquaires (Amazon, Agorila, Deezer, Fnac, MusicMe, etc ...)


Les paroles de la chanson


SE RENDRE A LARRIVIERE ST SAVIN


Imprimer E-mail

Herakles, monument aux morts

gerbe
2009©La Dépêche du Midi
Jouxtant le canal de Brienne, l'intersection des rues de Barcelone, Paul Séjourné et la partie terminale du Boulevard Lascrosse fait place à un jardin public arboré de forme triangulaire, espace vert avec terrain de pétanque, que les toulousains appellent "jardin de l'Herakles", du nom d'une célèbre statue de Bourdelle qui en orne le centre.

C'est l'occasion de se souvenir et de rendre hommage au bon Docteur Paul Voivenel (1880-1975), éminent humaniste, Médecin et Neuropsychiatre de grand talent (sa thèse, Littérature et Folie" de 1908 est célèbre), philosophe et écrivain auteur de plus de 50 ouvrages, chroniqueur littéraire de multiples journaux dont le "Mercure de France" et le "Figaro Littéraire", ami des plus grands intellectuels de son temps, et surtout un des père du rugby toulousain puisqu'il fusionna en 1907 le club d'étudiants qu'il animait (le SOET) avec les non étudiants du SAT et ceux de l'Ecole Vétérinaire pour créer le Stade Toulousain.
Joueur (pilier), puis éminent dirigeant du Stade Toulousain, il ne cessa jamais, malgré ses activités proteiformes, de se passionner pour ce sport et son club et oeuvra pour eux jusqu'à sa disparition en 1975. A plus de 90 ans, sous le pseudonyme "La Selouze", il rédigeait encore de passionnantes chroniques pleines de verdeur, d'insolence et d'esprit au journal "Midi Olympique", bible du rugby hexagonal, dont il fut l'un des premiers reporters bénévoles, et dont le talent et l'esprit firent beaucoup pour le renom de cet hebdomadaire. Il est également le créateur de la "Ligue des Pyrénées" de rugby, qu'il présida durant plusieurs décennies.
Mais le grand choc de sa vie reste la Guerre de 14-18, qu'il tint, malgré son grade d'Officier attaché à son titre de Médecin, à disputer en première ligne, toujours proche de ses compagnons du Stade Toulousain, mobilisés au sein du 259e Régiment d'Artillerie ; outre des découvertes et avancées importantes dans le domaine de la neuropsychiatrie qu'il en retira (concepts de "peur morbide acquise par hémorragie de la sensibilité" qui lui valurent la reconnaissance de la communauté scientifique), il nous laisse un remarquable témoignage de ses souvenirs de guerre, publié en 1939 sous le titre "Avec la 67e Compagnie de Réserve", qui fut honoré du Grand Prix de l'Académie Française.


herakles



L'un des épisodes les plus douloureux fut la mort de son ami Alfred Mayssonnié, dit "Maysso", demi de mêlée, premier international toulousain, qui participa au premier match du tournoi des 5 nations auquel fut invité le XV de France, contre l'Ecosse, en 1910, et remporta le premier titre de champion de France du Stade en 1912. Lors de la bataille de la Marne, en septembre 1914, à Osches dans la Meuse, il est fauché, à trente ans, d'une balle en plein coeur ; son compagnon d'infortune, Pierre Mounicq, capitaine du Stade, l'enterra comme il put sous les balles. Deux jours plus tard, Paul Voivenel, André Moulines et trois autres hommes achèveront sa tombe de fortune, tournant la croix fabriquée à la hâte vers Toulouse, et y clouant les couleurs rouge et noir.



Capitaine disparu

 

Alfred MAYSSONNIE, premier joueur toulousain international a disputé le premier match du Tournoi des cinq nations auquel fut convié la France disputé contre l'Ecosse en 1910 ; sur le second cliché, il est manager de l'équipe lors de la saison 1913-1914, aux cotés de MALTETE, qui perdra la vie lui aussi pendant la Grande Guerre ; sur le troisième cliché, une photographie du Docteur VOIVENEL sur le front, devant sa cabane en bois


La génération sacrifiée

En peu de temps (de sa création en 1907 jusquau déclenchement de la Première Guerre Mondiale) une génération en or porte rapidement le stade toulousain au sommet, avec une finale du championnat en 1909, puis le titre de champion de France en 1912, et fournit de nombreux internationaux. Autour de leur capitaine Alfred Mayssonnié, qui fut le premier à mourir au feu lors de la bataille de la Marne en 1914, on retrouve 10% de la population masculine du pays, dont de nombreux jeunes sportifs , qui firent par la suite tant défaut au pays

Homme de devoir et de fidélité, Paul VOIVENEL honorera sa vie durant ses amis disparus ; il obtiendra de son ami BOURDELLE, grand sculpteur montalbanais, qu'il fasse don à la Ligue des Pyrénées de l'un des tirages en bronze de son oeuvre majeure, " HERAKLES ARCHER EXTERMINANT LES OISEAUX DU LAC STYMPHALE ", qui sera installé allée de Barcelone, en bordure du canal de Brienne, et inaugurée le 25 avril 1925 en hommage à Alfred MAYSSONNIE et aux sportifs décédés pendant la Grande Guerre. C'est pourquoi depuis cette date, le monde du rugby se recueille chaque 11 Novembre à l'Herakles et non pas au Monument aux morts, au grand ressentiment des représentants de l'Etat.

 

Hommage aux camarades disparus

La terrible liste des 83 membres du Stade Toulousain tués lors la Guerre 1914-1918 ; Inauguration le 25 avril 1925 du Moniment aux Morts de l'Herakles, en présence du Dr Paul Voivenel, Président de la Ligue Midi-Pyrénées. C'est Marcel LUBIN-LEBRERE, joueur emblématique du Stade, 14 fois international, revenu borgne de la guerre, qui répond présent pour ses camarades morts au combat.; l'entrée, au débouché des Ponts-Jumeaux, du premier stade Ernest Wallon, maintenant détruit et remplacé par le périphérique toulousain et deux bretelles d'accès : on aperçoit le monument aux morts que le Club fit édifier à la mémoire de ses morts. Ce monument a été déplacé et occupe une place d'honneur sur l'emplacement du nouveau stade aux Sept-Deniers




Chaque largeur du monument de l'Herakles est complété d'une stèle, portant à hauteur d'homme le profil en bronze du personnage auquel elles rendent hommage. La première, orientée sud, est dédiée à MAYSSONNIE et porte gravée dans la pierre la mention toute simple :

A MAYSSONNIE, SES CAMARADES

Notons que la Mairie de Toulouse a donné son nom à une rue, les allées Alfred Mayssonnie, situées sur l'Ile du Ramier, au milieu de Garonne, à proximité du stadium et de la piscine municipale où s'entraînent tant de champions
La seconde, orientée nord, rend hommage au Dr VOIVENEL, par ces mots, composés en lettres métalliques fixées sur la stèle, dont quelques-unes ont disparu : .

"AU DOCTEUR PAUL VOIVENEL, INSPIRATEUR DE CE MONUMENT">

 

Témoignage du poète

Pour conclure l'hommage à cette génération de sportifs disparus dans cette tragédie, méditons les paroles de Jean Jaurès, Philosophe, Homme politique, Conseiller Municipal de Toulouse et enseignant à la Faculté des Lettres, assassiné la veille de la déclaration de guerre le 31 Juillet 1914 : "L'Humanité est maudite, si, pour faire preuve de courage, elle est condamnée à tueréternellement".
Aragon, l'un des plus grands poètes du XXe siècle, mobilisé en tant qu'aide-médecin, connut les mêmes drames que Paul Voivenel et en éprouva la même nausée, dont il témoigna dans son roman autobiographique en vers, paru en 1956 sous le titre : "Le Roman inachevé", notamment dans le chapitre "La guerre et ce qui s'ensuivit", avec son génie de la langue française, la puissance de son verbe et la mélodie des ses mots, simples, directs, et terribles à la fois, que Léo Ferré mit en musique et interpréta de magistrale façon

Imprimer E-mail

La légende de Brennus

Charles Brennus

001 charles brennus1C'est un rêve insensé, une quête, une épopée ! C'est notre Odyssée pendant les longs et durs combats d'hiver de la phase qualificative, puis notre Illiade lors des flamboyantes et passionnées joutes des phases finales, toutes de sang et d'or, sous le soleil printanier ! Depuis plus d'un siècle, toute équipe de rugby rêve d'en être dépositaire pour une année ; ne l'avoir jamais brandi est synonyme de regret et d'amertume tenaces, c'est une tache sur le palmarès des clubs, une cicatrice sensible pour certains parmi les plus grands joueurs de l'histoire du rugby hexagonal . A contrario, d'autres s'en gavent avec gourmandise et délectation, sans jamais s'en rassassier, car symbôle d'une grandeur humaine passagère, mais surtout pérennisation historique, au- travers les âges et les générations,  de la grandeur collective des valeurs et de la formation d'un club, qui transcende les destins individuels en une aventure collective historique qui  dépasse ses acteurs !

Cet "obscur objet de désir" Coquin, ce mythe fou, ce "Graal" des temps modernes dont l'histoire a été maintes fois écrite par des journalistes de talent, n'a pourtant en tant qu'objet d'art qu'une valeur toute relative, contrairement à la charge symbolique pleine d'émotion qu'il revêt pour tout joueur de rugby.

brennus1024

 

 Ce trophée prestigieux, c'est bien entendu le "Bouclier de Brennus", le "bout de bois", ou encore plus expressivement "lo planchot" occitan.

Ce nom familier semble empreint de plus de deux millénaires d'histoire, renvoyant dans l'imaginaire aux gaulois, et plus précisément à la tribu des "Sénons" qui, vers 380 -JC,  envahit l'Etrurie et Rome qu'elle pilla et incendia, avant de se retirer en échange du versement d'une forte rançon ; comme les gaulois avaient pour usage de soulever le chef qu'ils venaient de proclamer sur un bouclier, le rapprochement est d'autant plus irrésistible que le chef de cette tribu avait pour nom Brennus !

Or, rien de tel dans la réalité ; non, le "Bouclier de Brennus" n'est pas le prestigieux trophée historique légué à ses descendants par un chef gaulois ayant vécu voici 2400 ans dans la région de l'Yonne et du sud de la Seine-et-Marne, mais porte prosaïquement le nom du graveur-ciseleur qui l'a crée, d'après un croquis réalisé par le Baron Pierre-de-Coubertin. Mais s'il n'a pas le prestige d'une antiquité vieille de 2400 ans, son concepteur, Pierre de Coubertin, comme son créateur, Charles BRENNUS sont des personnalités prestigieuses du sport mondial pour le premier, du rugby hexagonal pour le second, qui en fut un des pionniers et des dirigeants historiques les plus actifs et appréciés.

Né beauceron à Chateaudun en 1859, il apprit très jeune son métier de maître-graveur et installa son atelier 17, rue Chapon à PARIS, se spécialisant dans la conception et la réalisation des trophées sportifs ; ce n'est qu'à plus de trente ans qu'il rencontre ce qui deviendra la passion dévorante de sa vie, le sport. D'abord par la pratique du cyclisme, en adhérant en 1893 à "l'Alliance Vélocvpédique du XIXe". La même année, poussé par ses amis, il fonde et devient le Président de l'éphémère CLUB DES ENTRAINES qui, comme il l'expliquera plus tard avec humour, se dilue en quelques mois dans les nuées !.
Mais il ne renonce pas, et dès 1895, il fonde le SPORTING CLUB AMATEUR, dont il devient Président, qui prendra en 1902 le nom de SPORTING CLUB UNIVERSITAIRE DE FRANCE, club omnisport où il put pratiquer le cyclisme, le cross-country et le rugby.. Durant deux saisons, il est même Capitaine de l'équipe de rugby mais ne laissera pas une grande marque en tant que joueur. Car c'est en tant qu'organisateur et dirigeant que ses qualités s'expriment le mieux ; cette époque où le sport balbutiant essaie de se donner de solides structures nationales et internationales va lui permettre d'exprimer toutes ses qualités.

Il n'existe pas, hors pour la gymnastique, de Fédération nationale propre à chaque discipline ; ce sont des Fédérations Omnisports qui se mettent en place, et le SCUF appartient à la plus importante, l'UNION des SOCIETES FRANCAISES des SPORTS ATHLETIQUES, fondée le 20.XI.1887, qui regroupe en son sein le RUGBY à XV, le HOCKEY sur GAZON, l'ESCRIME, la NATATION et un peu plus tard, en 1894, le FOOTBALL. C'est de loin la plus connue et la plus importante. Pierre de Coubertin en fut le Président et le Secrétaire Général à de nombreuses reprises, et c'est à la Tribune de cette Fédération, lors du discours pour fêter les cinq ans de l'USFSA  qu'il fit part de son voeu de rétablir les Jeux Olympiques de la Grèce antique sous une forme rénovée..

BRENNUS fera évidemment partie de l'aventure, lui qui siégeait dès 1896 dans toutes les commissions sportives de l'USFSA (au sein de cette fédération omnisport, chaque discipline était dirigée par une commission), tout en restant à la tête du SCUF. Il préside dès 1898 la commission "athlétisme", et en 1900 devient Président de la commission rugby à XV, sans interruption jusqu'en 1919 lorsqu'il  se retire, après avoir assuré la survie de l'USFSA pendant les années de guerre, mérites pour lesquels il sera décoré de la Légion d'Honneur. Lors des Jeux Olympiques de Paris en 1900, il est Juge arbitre des épreuves d'athlétisme.
Mais il n'avait pas pour antant déserté les terrains de rugby, puisque l'heure de la retraite sportive venue, il devient arbitre de haut-niveau et dirigea les plus grandes rencontres dans un championnat de France réduit à quelques unités dont les plus connus ont nom Stade Français, Racing Club de France, Stade Bordelais, Olympique de Paris, et Sport Olympique des Etudiants Toulousains (devenu Stade Toulousain en 1907). Il y acquit une notoriété certaine, mais aussi inévitablement l'impopularité liée à l'arbitrage, qu'il affronta toujours avec le calme et la tranquillité sereine d'un homme qui a accompli son devoir

002 brennus_soet_veto

1913 prairie filtres-1024
 
003 arbitrage

 

maillot 1906

Sous sa direction le rugby connut ses premiers succès internationaux ; en tant que Président de la Commission Rugby, il gère à la fois l'organisation des matches internationaux mais aussi  l'équipe de France. Sous sa coupe vont se disputer les premières rencontres franco-britanniques, avant que la France n'intègre en 1910 le Tournoi des V Nations. Les équipes de France de l'USFSA opéraient alors, quelle que soit le discipline, en maillot blanc, avec sur la poitrine, deux anneaux entrelacés, rouge et bleu, qui inspireront plus tard les anneaux olympiques, et seront complétés à partir des années 1913-1914 par le coq gaulois qui viendra enrichir le blason de l'USFSA.
 

Durant vingt années, BRENNUS fut donc l'initiateur et le grand stratège de l'essor du rugby international français, avant d'en assurer la survie durant la première guerrre mondiale. Au sortir de ce conflit, lorsque la commission "rugby" de l'USFSA devint la FEDERATION FRANCAISE de RUGBY AMATEUR, il en fut Président d'Honneur et Trésorier. Il resta d'une grande activité malgré son âge, et un conseiller respecté et avisé. Il ne se retira qu'au début de la seconde guerre mondiale, et mourut chez sa fille au MANS le 23.12.1943, à l'âge de 86 ans.

coq1910

         

coq

 

Mais grâce au bouclier, son nom et son souvenir restent très prégnants..
Son histoire remonte à la première finale du Championnat de France en 1892 (un seul match au total entre le STADE FRANCAIS et le RACING CLUB de FRANCE, championnat national auxquels ne participèrent jusqu'en 1898 que les clubs parisiens), organisée par l'USFSA et son Président, Pierre de Coubertin, qui arbitra la rencontre et assuma la charge financière du trophée remis à cette occasion, dont il avait dessiné l'esquisse et confié la réalisation au Maître-Graveur Ciseleur, Charles BRENNUS !

La première finale du 20-03-1892

A l'occasion des 120 ans de la première finale du championnat de France, la LIGUE NATIONALE  de RUGBY a mis en ligne le très interessant fac-similé du compte-rendu de ce match, tel qu'il parut le 26-03-1892 dans la Revue de l'USFSPA, titrée LES SPORTS ATHLETIQUES. Consulter l'article


Il s'agit du superbe bouclier damasquiné, à l'origine posé sur un cadre recouvert de peluche rouge, portant en son centre, reposant sur reposant sur un rameau d'olivier, l'emblème de l'USFSA, deux anneaux entrelacés, traversés par un ruban portant  la devise gravée : LUDUS PRO PATRIA (des jeux pour la Patrie !), que l'on doit à Jules MARCADET, alors Président du Stade Français. Ce bouclier eut tellement à souffrir des troisième mi-temps de victoire, que son socle en bois dut être complètement renové en 1990 et que c'est maintenant sa réplique qui est remise au Champion de France. L'original se trouve au musée de la Fédération Française de Rugby.

medaillon

 

On reconnaît dans la symbolique du médaillon du bouclier des archétypes chers à Coubertin qu'il utilisera pour sa grand oeuvre de rénovation des jeux olympiques : jusqu'aux Jeux de Londres en 1908, le rameau d'olivier, symbôle de paix et de force, était le seul trophée remis aux vainqueurs, avant d'être remplacé par les médailles. Quand aux anneaux entrelacés, symbôle de paix et de bonne volonté, au nombre de cinq pour figurer les cinq continents, ils en deviendront le symbôle et le drapeau .

france 1893
france 1914

En mémoire de Charles BRENNUS, ce sont deux jeunes joueurs revêtus du maillot du club qu'il a fondé et animé, le SCUF, qui viennent chaque année le remettre à la garde du vainqueur de la finale ; au grand dam du malheureux BRENNUS, son club, pourtant finaliste en 1911 et 1913 ne l'a jamais gagné..



scuf finale_1913

      

005 scuf_banniere
004 scuf1024

Enfin, n'oublions pas que le Club de sa ville natale, l'OLYMPIC CLUB CHATEAUDUN RUGBY a fait graver et installer sur un mur des tribunes du Stade Beauvoir - 4, Mail de Beauvoir à 28200 CHATEAUDUN - une plaque commémorative rappelant l'oeuvre de l'enfant de la ville, inaugurée en grande pompe le 6 Juin 1998.

brennus plaque chateaudun

 

Imprimer E-mail